Les secrets de confection de vos Vendredis

On sait que vous aimez voir les hommes, les femmes et les process qui se cachent derrière vos vêtements. 

Et on vous comprend, nous aussi.

Entre la France, l’Espagne et le Portugal, toutes les étapes sont réalisées en Europe.

Confectionner un Vendredi nécessite du temps, de la réflexion, du savoir-faire et surtout beaucoup de travail (d’équipe).

Antonio (le boss de l'atelier au Portugal) et Louis en pleine réunion de travail


Avant d’entrer dans le détail des étapes les plus importantes, voici un petit aperçu de celles dont on ignore bien souvent l’existence en tant que consommateur (et Moriss ne vous jette pas la pierre il était le premier à les ignorer avant d’y être confronté en tant que "chef de produit") :


la création des motifs 

la création des patrons

la rédaction d’un cahier des charges

les tests et aller-retours entre la France et le Portugal pour définir les bonnes couleurs et valider définitivement les motifs 

la confection (à l’unité) et la validation des prototypes pour chaque modèle 

l’achat du tissu recyclé (plus cher qu’un tissu "classique") et autres accessoires (étiquettes, élastiques, cordons, embouts de cordons, oeillets…) pour la confection "en gros"

l’impression des tissus

la confection "en gros" qui nécessite elle aussi plusieurs dizaines d’étapes (la découpe des tissus, l’assemblage de toutes les pièces, le contrôle qualité, le repassage, l’emballage…)

l’envoi des produits dans notre entrepôt en France 

le (second) contrôle qualité (qui nous permet de garantir un niveau de qualité digne des plus grandes maisons)

l’emballage

la préparation des commandes qui elle aussi comporte plusieurs étapes 


Vous voulez en savoir plus ?


Allez, on entre un peu plus dans les détails !

La conception

Tout commence par des idées et des ébauches de motifs dessinés par Moriss.


Puis Constantin, notre designer de talent (et ami) entre en scène pour mettre en forme ces petits dessins, donner du sens à tout ça et finalement donner naissance aux motifs exclusifs, originaux et harmonieux qui ornent nos maillots de bain. 


Ces petits dessins mis en forme sont ensuite envoyés chez Antonio, au Portugal qui lance des tests d’impression sur des échantillons de tissu. Ce qui nous permet d’avoir une idée plus précise du rendu final et de valider les couleurs (qui ne ressortent pas de la même façon selon les supports et les matières).


Et comme Moriss est exigeant et pointilleux, il peut parfois y avoir plusieurs aller-retours entre chez nous et chez Antonio pour une seule couleur.


Toute cette phase de développement peut prendre jusqu’à 6 mois.


Une fois les couleurs et motifs validés, il est temps de commander les milliers de mètres de tissu auprès de Manuela.


La production du fil et le tissage

Comme vous le savez peut-être, on utilise désormais plus que du tissu 100% recyclé à partir de déchets plastiques collectés dans la mer Méditerranée.


Ce qui nous permet à la fois de :


ne pas produire davantage de matière première et donc de ne pas consommer plus de ressources naturelles 

de recycler les matières déjà utilisées et donc disponibles

de contribuer au nettoyage de la Méditerranée 



Et c’est possible grâce à une innovation très cool développée par Seaqual.


Seaqual est une entreprise espagnole fondée en 2016 par 2 industriels du secteur textile qui voulaient venir en aide aux pêcheurs barcelonais confrontés à l’invasion de déchets dans leurs filets.


On vous épargne les détails techniques du processus mais pour faire simple, Seaqual :


collecte les déchets dans la Méditerranée avec l'aide des pêcheurs

les trie  

les traite

les transforme en petites billes

puis en fils



Comme une image vaut 1000 mots, Moriss vous a fait un (magnifique) petit schéma :

Ces bobines de fils sont ensuite envoyées à Guimaraes (petite ville historique située au Nord du Portugal, près de Porto) pour être tissées chez Manuela qui est à la tête d’une entreprise familiale spécialisée dans la confection de tissus pour maillots de bain depuis plus de 80 ans (1939).


L’impression 

Les rouleaux de tissus sont ensuite envoyés dans un petit atelier familial lui aussi au Portugal pour être imprimés avec les motifs dessinés par Constantin.

La confection

Puis c’est au tour d’Antonio (le boss de l’atelier de confection qui travaille dans le textile depuis plus de 30 ans, sans qui Vendredi ne serait pas là aujourd’hui) et son équipe d’entrer en scène, pour les étapes finales, le découpage et l’assemblages méticuleux des 33 pièces (et accessoires) qui composent chaque Vendredi.


Et c’est ainsi que les Vendredis tels que vous les connaissez prennent vie !

Découvrir la collection :